/ Peche durable / Rencontre avec les pêcheurs de homard du Cotentin et de Jersey

Rencontre avec les pêcheurs de homard du Cotentin et de Jersey

????????
Marine Stewardship Council de août 29, 2013 - 3:21 dans Peche durable
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest
Contact us

Homard-Cotentin-MSC

Certifiée MSC depuis 2011, cette pêcherie fait l’objet d’une gestion responsable et durable depuis plus de 40 ans. Les pêcheurs ont souhaité le faire savoir au plus grand nombre en obtenant la certification MSC et ils vous en disent plus sur leur démarche responsable.

Pourquoi  avoir choisi le MSC ?

Citation1

« L’inquiétude des consommateurs et des organisations de protection de l’environnement quant aux pratiques de pêche en général a été pour nous la principale motivation, lorsque nous avons décidé d’entreprendre une démarche de certification se souvient Daniel Lefèvre, Président du Comité Régional des Pêches de Basse-Normandie.  En effet, comment accepter les critiques qui visent les pratiques des pêcheurs sans distinction, alors que notre propre pêcherie est exemplaire ? » s’interroge-t-il.

Ce qui fait la différence

Parmi les bonnes pratiques garanties par l’obtention de la certification, la pêcherie affiche :

  • Une limitation de la flotte à 130 bateaux
  • Un plafonnement du nombre de casiers par navire
  • L’évaluation des stocks disponibles par des scientifiques
  • La présence régulière d’observateurs indépendants à bord

Les bénéfices environnementaux de la certification

Grâce à la vigilance de plusieurs générations de pêcheurs de homard et aux bonnes pratiques liées à la certification MSC, non seulement les stocks ne sont pas menacés, mais ils se portent bien. « Le suivi a été fait par des scientifiques de l’Ifremer qui produisent des statistiques depuis de nombreuses années dans cette zone, témoigne Daniel Lefèvre. Tous les chiffres montrent que le stock est stable, voire en augmentation » ajoute-t-il. Le niveau de capture s’élève à 280/290 tonnes par an. Par ailleurs l’adhésion aux critères du MSC a notamment permis de consigner par écrit les méthodes mises en œuvre pour préserver la ressource, ce qui n’était pas fait auparavant.

homard

Les bénéfices économiques de la certification

Citation2Le logo MSC a déjà permis de susciter l’intérêt de nouveaux prospects venus de pays nordiques et d’Allemagne. Avant la certification, ils ne s’intéressaient pas à cette pêcherie, mais les consommateurs de ces régions sont particulièrement sensibles aux produits éco-labellisés. Ces contacts augurent de nouveaux débouchés pour la pêcherie. « Nous savons que ce label va faciliter nos ventes, notamment auprès de la grande distribution, explique Daniel Lefèvre : les supermarchés veulent pouvoir rassurer les consommateurs en affichant la présence de labels indépendants sur leurs étals » ajoute-t-il.

En 2013, les pêcheurs de homards normands décident d’aller plus loin en affirmant leur engagement pour la pêche durable de manière concrète, visible et transparente : les homards pêchés durablement porteront dorénavant un bracelet d’identification, arborant le label MSC. C’est sans précédent : pour la première fois au monde, un produit de la pêche vendu vivant, porte le label MSC, dès sa capture, jusqu’au consommateur final. Du bateau à l’assiette, la traçabilité durable  du homard du Cotentin et de Jersey est maintenant parfaitement affichée.

Les bénéfices sociaux de la certification

Citation3

À travers l’obtention de la certification MSC, les pêcheurs veulent changer le regard des consommateurs et des citoyens, notamment ceux qui vivent aux abords des sites de pêche. Cette démarche apporte déjà des bénéfices concrets dans ce domaine puisque l’annonce de l’obtention de la certification et le lancement des bracelets d’identification portant le label MSC ont entrainé la publication d’articles, tant dans la presse locale que régionale et nationale. « Cette démarche de certification nous permet donc de valoriser nos métiers et d’améliorer la réputation des pêcheurs. » conclut Daniel Lefèvre.

L’avenir

Les pêcheurs pensent tout d’abord à la recertification. Ayant lieu tous les 5 ans, ils devront respecter les différents critères nécessaires à la reconduite de la labellisation. Ils souhaitent également réduire le nombre de licences tous les ans : sur trois licences rendues au Comité régional, seules deux sont remises en circulation, afin de limiter la pression de pêche. Enfin, ils veulent étendre la certification à d’autres produits issus de leur pêcherie, comme par exemple le bulot.

À suivre …

Marine Stewardship Council

Our mission is to use our ecolabel and fishery certification program to contribute to the health of the world’s oceans by recognising and rewarding sustainable fishing practices, influencing the choices people make when buying seafood, and working with our partners to transform the seafood market to a sustainable basis.

0 AJOUTER UN COMMENTAIRE
Évaluez cet article

Envoyez-nous un message ici

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Show Buttons
Hide Buttons