/ Peche durable / Lutter contre la fraude sur le marché des produits de la mer

Lutter contre la fraude sur le marché des produits de la mer

Youtube cover traceability campaign
Marine Stewardship Council de mars 8, 2016 - 11:37 dans Peche durable
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest
Contact us

Par Alison Roel, Responsable Intégrité Produit pour le Marine Stewardship Council (MSC).

La fraude alimentaire se définit par la vente de produits portant un label, une description ou encore une  promesse de vente qui trompent le consommateur.  Tout au long de l’histoire, des vendeurs mal intentionnés ont cherché à  faire du profit sur des produits contrefaits ou de basses qualités. De la craie dans la farine, à la viande de cheval vendue en tant que bœuf, la fraude alimentaire est aussi vieille que l‘industrialisation alimentaire. Les dérives sont nombreuses telles que la coloration de légumes avec du cuivre, la dilution du lait avec de l’eau, la substitution de plantes par d’autres ou encore l’ajout de bœuf ou de poulet dans le curry d’agneau.


Les scandales alimentaires à répétition amènent les consommateurs à perdre confiance dans les entreprises et les marques. D’autant plus que pour certaines personnes ces dérives de l’industrie alimentaire les amènent à manger de la nourriture en opposition avec leurs valeurs religieuses ou morales et plus grave encore, peuvent être à l’origine d’allergies, d’intoxications ou encore de maladies.

Pour résoudre cette problématique, les gouvernements ont mis en place des agences comme le Food Standards Agency au Royaume-Uni, le US Food and Drug Administration aux Etats-Unis, le European Food Safety Authority ou encore le Food Standards Australia New Zealand, qui assurent la sécurité alimentaire et le bon étiquetage de nos aliments. Malgré cela, le problème de fraude persiste, et la responsabilité est souvent rejetée sur les fournisseurs de ces produits alimentaires.

 

Le cas du poisson 

Les scientifiques se sont aperçus que les produits de la mer étaient touchés par l’étendue des fraudes modernes. Le commerce international et la variabilité des prix du poisson facilitent les possibilités de fraudes. En conséquence, les poissons de moindre valeur, potentiellement liés à certains types d’intoxication ou d’allergies alimentaires, remplacent parfois des espèces de plus grande valeur. Les tests ADN menés par des organisations telles qu’Oceana révèlent toute l’étendue du problème. En 2015, les études démontrent que 43% du saumon vendu aux Etats-Unis était mal étiqueté ou encore que 30% des produits de la mer servis dans les restaurants de Bruxelles ne correspondaient pas aux espèces indiquées. En 2016, une étude constate un taux d’erreur d’étiquetage moyen de 30%, en comparant les résultats de 51 études analysant pas moins de 4.500 échantillons de produits de la mer.

Dans leur voyage du bateau à l’assiette, les produits de la mer que nous consommons passent par de nombreux fournisseurs. Ainsi, il peut arriver que non seulement le consommateur soit dupé mais aussi les revendeurs ou les marques.

Group of Scientists In Laboratory - Stock image

Group of Scientists In Laboratory – Stock image

 

Trouver une solution 

Après la création du MSC en 1997, nous avons dû faire face à deux défis :
1) Encourager les pêcheries à assurer la durabilité de leur pêche au travers de la certification MSC
2) Créer une chaîne d’approvisionnement traçable afin de garantir aux consommateurs, marques ou distributeurs que les produits de la mer proviennent bien de pêcheries durables, certifiées MSC.

En 1999, nous avons commencé les consultations pour trouver une solution. La volonté était de créer un ensemble d’exigences applicables à l’échelle mondiale, suffisamment robustes pour assurer un étiquetage correct tout au long de la chaîne d’approvisionnement, mais pas trop contraignantes pour être facilement applicables par les entreprises. Cette volonté devient réelle en 2001 avec le lancement du Référentiel Chaîne de Garantie d’Origine du MSC. Afin de pouvoir commercialiser des produits de la mer certifiés MSC, les entreprises doivent en amont obtenir la certification Chaîne de Garantie d’Origine du MSC. Elles sont alors auditées régulièrement pour s’assurer du respect des exigences : les produits de la mer labellisés MSC peuvent seulement être achetés à des fournisseurs certifiés, doivent être identifiables à tout instant, ne doivent pas être mélangés avec des produits non certifiés MSC afin d’être vendus avec un emballage portant le label  MSC. Ainsi, les produits de la mer vendus avec le logo MSC sont entièrement traçables de l’océan jusqu’à notre assiette, donnant aux consommateurs toute la certitude sur la provenance et la durabilité de leur achat.

 

Assurer le respect des normes

Régulièrement, le MSC contrôle les chaînes d’approvisionnement afin de s’assurer d’un strict suivi de nos exigences. Depuis 2009 et à travers le monde, des tests ADN sont réalisés sur des centaines de produits certifiés, ce qui a permis de constater que moins de 1% de nos produits présentaient des erreurs d’étiquetage.  En comparant le taux de mauvais étiquetage dans l’industrie, nos résultats sont plutôt remarquables, toutefois ce n’est pas suffisant. Toutes les non-conformités amènent à une enquête approfondie afin d’être certain que les corrections apportées respectent le Référentiel Chaîne de Garantie d’Origine du MSC. Par exemple en 2015, nos recherches ADN ont permis de trouver un produit mal étiqueté :une fausse limande du pacifique nord fut étiquetée comme fausse limande du pacifique sud. Ces deux espèces sont très similaires, mais heureusement toutes les deux provenaient de pêcheries certifiées  MSC. Cependant, les nombreuses enquêtes ont montré une erreur d’enregistrement dans les chaines d’approvisionnement. Maintenant ce problème est solutionné et nous nous assurons que cela ne puisse pas se reproduire. La Chaîne de Garantie d’Origine du MSC est aussi utilisée pour assurer la traçabilité des produits d’élevage certifiés par l’Aquaculture Stewardship Council (ASC).

Infographie Traçabilité 3

Par conséquent, lorsque vous voyez les labels MSC et/ou ASC, vous pouvaient être sûrs de la durabilité et de la traçabilité de vos achats.

Sources :

Marine Stewardship Council

Marine Stewardship Council

Le MSC face aux risques de la surpêche, le MSC s’engage pour la préservation des espèces et de l’habitat marins grâce à un label exigeant qui permet aux consommateurs de faire le choix de la pêche durable. Avec la certification MSC et le label bleu, l’organisation agit avec ses partenaires pour un juste équilibre entre exploitation économique des produits de la mer et préservation des ressources et de l’environnement, pour aujourd’hui comme pour demain.
Marine Stewardship Council

Les derniers articles par Marine Stewardship Council (tout voir)

0 AJOUTER UN COMMENTAIRE
Évaluez cet article

Envoyez-nous un message ici

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Show Buttons
Hide Buttons