/ Peche durable / Thon, DCP et prises accessoires

Thon, DCP et prises accessoires

RS3131_iStock_000087115671_Large
Marine Stewardship Council de mai 13, 2016 - 12:40 dans Peche durable
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest
Contact us

Des campagnes mondiales pour une pêche durable du thon appellent à bannir l’utilisation des Dispositifs de Concentration de Poissons – aussi connus sous le nom de DCP. Cependant, les DCP ne sont pas systématiquement négatifs. Les impacts de ces pratiques de pêche doivent être analysés dans leur contexte, à l’échelle d’une pêcherie et d’un écosystème associé. Cet article explique pourquoi.

Que sont les DCP et en existent-t-ils différents types ?

Les Dispositifs de Concentration de Poissons artificiels sont habituellement des structures flottantes en bois auxquelles sont suspendus des filets pour attirer le poisson. Ces radeaux peuvent flotter librement ou être ancrés au fond marin. Il arrive que des pêcheries de thons ciblent des DCP naturels : ce sont des structures, objets naturels, ou animaux comme par exemple des rondins de bois et des requins baleines, autour desquels les poissons se concentrent. En déployant leurs filets et en jetant leurs lignes à proximité de ces objets flottants, les pêcheurs peuvent augmenter leurs captures de thon.

Quels sont les problèmes avec l’utilisation des DCP ?

Une grande variété d’animaux marins comme le thon, les tortues marines et les requins se concentrent sous ces DCP. Ces espèces peuvent être prises directement dans les filets flottants attachés à ces dispositifs. Elles peuvent aussi être capturées en tant que prises accessoires dans les filets et lignes déployés par les pêcheurs de thon.

La pêche sur DCP peut entraîner un nombre élevé de prises accessoires et d’espèces non-ciblées, particulièrement si nous comparons cette technique aux autres méthodes de pêche au thon, comme la pêche sur bancs libres où des filets sont déployés en pleine eau. la pêche sur DCP peut avoir un impact néfaste sur la durabilité de ces espèces mais aussi augmenter les captures de thons juvéniles, mettant directement en péril la durabilité des stocks de thons. Cependant, les espèces interagissent différemment avec les DCP et le niveau de captures accessoires peut être dramatiquement différent d’une technique de pêche à l’autre.

Comment réduire les impacts ?

La capture de prises accessoires et espèces non-ciblées autour des DCP est habituellement associée aux opérations de pêche à la senne. Ici, les poissons sont encerclés avec un large filet qui est ensuite tiré, fermé jusqu’au navire (comme un sac), capturant le poisson à l’intérieur du filet. D’autres méthodes de pêche plus sélectives telles que la pêche à la senne sur banc de thons libres (non liée aux DCP ou objets flottants), la pêche à la ligne ou la pêche à la traîne entraînent une baisse des prises-accessoires. Cependant, ces autres méthodes peuvent avoir leurs propres impacts qui ont besoin d’être surveillés avec attention.

L’émergence de « l’éco-DCP », qui n’utilise pas de filet suspendu, est aussi pensée pour limiter le nombre de prises. Les impacts des DCP doivent aussi être pris en compte en fonction de l’écosystème marin, en raison de la mixité et le nombre des espèces concentrées autour des différents types de DCP.

La pêcherie de thons à la ligne des Maldives certifiée MSC utilise une technique de pêche sélective pour réduire les prises accessoires.

Quelle est l’approche du MSC ?

La certification selon le Référentiel Pêcheries du MSC est basée sur une évaluation globale des impacts d’une pêcherie et de l’environnement dans lequel elle opère. Par conséquent, en raison des impacts différents que peuvent avoir les DCP et les techniques de pêche sur les différents écosystèmes marins, le Référentiel Pêcheries du MSC ne comporte pas d’exigence spécifique à l’utilisation des DCP, ni n’interdit son utilisation. Cependant, les exigences du MSC vis-à-vis des prises accessoires peut rendre difficile la certification des pêcheries sur DCP.

Il existe  aujourd’hui des pêcheries de thon à la senne sur banc libre certifiées selon le Référentiel MSC (celles-ci ne sont pas associées aux objets flottants). Il existe aussi une pêcherie de thon à la ligne certifiée MSC qui capture des poissons à l’aide de DCP ancrés sur le fond marin. Cette pêcherie des Maldives utilise une technique de pêche au thon sélective assurant de faibles taux de prises accessoires. Par conséquent, seuls les thons capturés à la ligne ou par des méthodes de pêche sur bancs libres sont aujourd’hui vendus avec le label MSC.

Docteur Adrian Gutteridge,
Responsable des évaluations de pêcheries au MSC, est spécialisé sur les pêcheries de thon. Son travail est d’assurer la bonne application du Référentiel  MSC par les organismes de certification lors de l’évaluation de pêcheries ciblant le thon ou d’autres grandes espèces migratrices.

Marine Stewardship Council

Marine Stewardship Council

Le MSC face aux risques de la surpêche, le MSC s’engage pour la préservation des espèces et de l’habitat marins grâce à un label exigeant qui permet aux consommateurs de faire le choix de la pêche durable. Avec la certification MSC et le label bleu, l’organisation agit avec ses partenaires pour un juste équilibre entre exploitation économique des produits de la mer et préservation des ressources et de l’environnement, pour aujourd’hui comme pour demain.
Marine Stewardship Council

1 AJOUTER UN COMMENTAIRE
Évaluez cet article

Envoyez-nous un message ici

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Commentaires
  • mai 25, 2016

    Bonjour nous souhaiterions poster un commentaire sous votre article pour exprimer notre point de vue sur les DCP mais le nombre de caractères très limité nous en empêche, est-il possible pour vous de relever le nombre de caractères possibles pour les commentaires ? Bien cordialement,
    Association BL

    BLOOM Association
    Répondre
Show Buttons
Hide Buttons