/ Peche durable / Interview : moratoire sur la pêche en Arctique

Interview : moratoire sur la pêche en Arctique

RS5181__C5A0651-scr
Marine Stewardship Council de décembre 7, 2017 - 4:25 dans Peche durable
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest
Contact us

Rohan Currey, directeur du Référentiel Pêcheries du Marine Stewardship Council s’exprime sur le moratoire international sur la pêche en Arctique.

Quelle est la position du MSC sur ce moratoire ?

En tant qu’ONG scientifique, nous sommes ravis de constater que des recherches vont se mettre en place dans cet écosystème changeant et largement inexploré. L’Arctique est fragile et le moratoire sur la pêche dans les nouvelles zones libérées par les glaces survient à un moment important, quand la pression sur l’environnement est plus forte que jamais. Pouvoir réaliser des recherches tant que l’Arctique est encore relativement préservé est une opportunité fantastique pour les sciences marines.

S’agit-il d’une nouvelle positive ou repousse-t-on juste l’inévitable ?

Nous pensons qu’une approche prudente est nécessaire, ce qui signifie que des recherches doivent être conduites pour évaluer si les océans peuvent soutenir les activités humaines comme la pêche. Tant qu’aucune donnée scientifique n’est disponible, une gestion prudente doit être appliquée. Cela permet d’éviter d’endommager des écosystèmes et des habitats vulnérables. Améliorer notre connaissance de l’écosystème Arctique, unique en son genre, nous permettra de mieux comprendre comment il peut être protégé et géré durablement dans le futur.

RS5182__C5A0500-scr

Quel type de recherche les scientifiques peuvent réaliser pendant ce moratoire ?

Ils peuvent utiliser le projet MAREANO de 2005, qui étudie la mer gelée de Barents dans le cercle polaire, comme exemple. Les scientifiques pourraient également commencer à cartographier la profondeur et la disposition des fonds marins, la composition des sédiments du plancher océanique (qui agissent comme zones d’alevinage pour les populations de poisson), la biodiversité marine et les habitats, la répartition des écosystèmes vulnérables et l’impact et le niveau de pollution dans la zone.

Que doit-on comprendre sur l’océan Arctique que nous ne savons pas déjà ?

Les écosystèmes dans l’Arctique sont parmi les plus productifs au monde. Des grands fonds marins en bonne santé sont essentiels, servant souvent de frayères (emplacement où les poissons déposent leurs œufs) et de zones d’alevinage (pour repeupler une zone de jeunes poissons) pour d’importantes populations de poisson.

Afin de protéger ces écosystèmes et d’identifier ces habitats vulnérables, nous avons besoin de connaître ce qu’il y a là-dessous, et les eaux profondes peuvent être pleines de surprise. Par exemple, la Zoological Society de Londres a cartographié les grands fonds marins en collaboration avec l’une de nos pêcheries certifiées MSC au large des côtes du Groenland. Ils ont découvert une incroyable biodiversité dans les profondeurs de l’océan, dont plusieurs espèces différentes de poisson et un jardin intact de coraux mous. Il s’agit d’une période très encourageante pour la recherche océanographique.

Marine Stewardship Council

Our mission is to use our ecolabel and fishery certification program to contribute to the health of the world’s oceans by recognising and rewarding sustainable fishing practices, influencing the choices people make when buying seafood, and working with our partners to transform the seafood market to a sustainable basis.
0 AJOUTER UN COMMENTAIRE
Évaluez cet article

Envoyez-nous un message ici

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Show Buttons
Hide Buttons